"...jusqu'à lire dans mes pensées..."

 

 

(In English, below)

" …jusqu'à lire dans ses pensées…" était le titre que j'avais choisi pour illustrer ce masque de verre et, aujourd'hui, je vous invite à lire dans les miennes à travers ce qui suit mais également par l'interprétation que vous ferez de mes œuvres.

Je me suis intéressé à la photo comme une grande partie de la population de nos jours où la technologie donne facilement accès au plus complexe.

Je n'ai aucune connaissance de base et n'ai "subi" aucune formation. Aussi, je ne me risquerai pas à parler dans le détail de techniques que je ne maîtrise pas totalement. Je marche à l'instinct, de façon empirique, j'y passe du temps mais comme je m'attache plus à la valeur artistique qu'à la valeur purement technique, ça me convient… Enfin, je veux dire que je m'en contente! Bien sûr, j'aimerais avoir le talent et le savoir de tel ou tel… mais je reste humble face à ces "maîtres" qui conservent toute mon admiration.

En dehors des photos traditionnelles, je me suis penché très vite sur la "macro". Outre qu'elle permet des résultats originaux qui n'apparaîtraient pas aisément  "à l'œil nu", elle incite à faire une pause, à s'arrêter sur son chemin, à observer au lieu de courir: "ne pas passer à côté" de beautés naturelles, spirituelles ou sentimentales lorsqu'on a la chance de les croiser…

J'ai donc commencé par des macros en forêt ou dans les champs: j'en tirais des moments de bonheur et je recherchais toujours à transformer du naturel en abstraction mais avec à chaque fois une idée préconçue. Pas l'abstrait pour lui-même mais pour écrire un message, une pensée, une réflexion… pour me parler, à moi-même, et si possible à ceux qui voudraient bien échanger avec moi. Il me semblait que l'abstrait procurait plus de sensations que le figuratif et en tout cas incitait à entrer dans l'œuvre, à la saisir, à la commenter et parfois à se l'accaparer à travers la traduction intime et personnelle que l'on pouvait en faire. L'artiste y traduit sa propre sensibilité, le spectateur y pose ses propres émotions. 

Ce jeu de transmission de la pensée artistique entre l'auteur et le spectateur m'intéresse car ce dernier, plus sollicité, s'implique davantage dans la démarche. Il devient acteur et se met lui aussi en scène à travers son imaginaire.

De plus, l'abstrait conduit souvent au rêve, à la divagation de l'esprit et interpelle les profondeurs de l'être, intellectuellement ou spirituellement.

Le souhait de tout artiste, je l'espère, est de laisser derrière lui mais surtout derrière chacune de ses œuvres, une réaction profonde, un sentiment de bonheur, de critique parfois, mais laisser quelque chose… J'ai souvent en mémoire le célèbre poème de Simone Veil, "Il restera de toi"…. Sans employer le futur ni se placer dans le contexte d'une disparition ou d'une interruption, il me plaît à penser qu'il reste au moins un soupçon d'émotion à un maximum de visiteurs qui auront parcouru mon site ou mes expositions, une récompense à cette offrande que nous faisons tous à notre public…

 

"Il restera de toi 
ce que tu as donné.


Au lieu de le garder dans des coffres rouillés…"

Simone Veil

Je reviens à mes penchants "pervers" pour l'interprétation du détail naturel et à mes balades en forêt. J'ai vite réalisé que ce type de macros n'était pas assez sportif! Trop statique et donc avec des résultats prévisibles, sans aléas! C'est alors que j'ai pensé à de l'eau vive, remuante et capricieuse, une matière qui serait rebelle et ne me laisserait pas l'initiative totale du résultat final. Il faudrait compter avec Elle!

Un symbole s'est tout de suite présenté à mon esprit: cette eau que je voyais courir et miroiter sous mes yeux était la traduction physique, vivante, d'une recherche plus intime sur l'univers, la place de la terre dans celui-ci, de l'homme sur celle-ci (et dans celui-là!); sur l'infiniment petit et l'infiniment grand; sur la molécule d'eau que je capte et sa signification; sur la circulation de l'énergie entre les êtres vivants quels qu'ils soient; sur nos relations avec les éléments et la matière; sur le "Tout" dont nous faisons partie mais qui est également en nous…

"La goutte d'eau sait peut-être qu'elle est dans l'Océan

mais sait-elle aussi que l'Océan est en elle?

Dicton oriental

Et donc, je me suis imaginé que cet élément observé dans les ruisseaux ou torrents de ma région pouvait devenir le "fil conducteur" entre le ciel et la terre, le divin (ou le cosmique selon chacun) et l'humain, l'impalpable et le concret, le spirituel et le matériel.

Les reflets pour ce qui vient du dessus, la transparence pour ce qui vient du dessous, le tout agité et transformé par les facéties du courant, par la lumière naturelle réfléchie ou réfractée sans oublier l'ombre complice sur laquelle j'essaie de jouer pour faire émerger d'autant plus mes "messages" et créer des ambiances.

L'outil pour saisir l'instant était bien sûr l'appareil photo numérique Olympus, léger et maniable, que je possédais. Il servirait de "pinceau" pour "peindre" les "toiles" que je mettais en scène avec mon esprit, selon ma sensibilité du moment… et l'humeur de ma partenaire!

Au delà de ce que je suis en train de développer, il va de soi que la forme que je recherche est avant tout esthétique: un message serait illisible s'il était présenté de façon désagréable. Et donc, je m'attache à proposer des clichés harmonieux à l'œil tout en véhiculant "quelque chose" pour votre plaisir et le respect que je vous dois. Le schéma de ma pensée demeure mais j'y ajoute au fil de mes expériences la sensualité nécessaire comme vecteur artistique.

Je voudrais souligner ici combien sont dérisoires et superficiels les sous-titres que je me suis amusé à placer en face de chaque photo. Il s'agit d'un simple clin d'œil, plus ou moins heureux, un trait d'humour parfois, un brin de poésie: l'essentiel n'est surtout pas là, d'autant que chacun pourra trouver dans ces abstractions bien d'autres ressemblances. Soyons bien conscients qu'il s'agit là "d'un premier degré".

Venons-en à mon territoire de prédilection: les ruisseaux, les torrents, les cascades. Bien évidemment, chacun d'eux a son caractère, son "physique", son débit et son éclairage, son environnement et ses matériaux... de plus, il varie intrinsèquement selon les saisons, l'heure du jour, etc…

La procédure de contact est maintenant bien établie! J'arrive humblement, respectueusement, sur un site et j'observe:

"Un homme regarde le torrent.

Le torrent lui répond." 

Je m'approche de cette Eau, je choisis un premier endroit où je la teste, Elle me teste!… le début est toujours, vraiment toujours, calamiteux! C'est nul, je m'y prends mal! "Elle" fait exprès de me contrarier, de se tordre dans tous les sens au moment où je trouve une faille! Ne pas craquer! Ca va venir! Suspense entretenu par les mouvements désordonnés de l'une et la fébrilité de l'autre! Et en effet, au bout d'une bonne dizaine de minutes, à force de caresses du numérique, de préliminaires indispensables (!), les vibrations commencent, l'excitation monte dès que les premières vues de contrôle sont (presque) réussies, la délivrance, la jouissance n'est pas loin et se produira tôt ou tard, maintenant je le sais!

Et elle se produit, deux, trois, quatre "shoot" réussis… le "mystère" est percé! Lorsque ça fonctionne, on savoure, on se délecte, on ne changerait plus l'angle et le réglage tellement l'osmose se maintient, est nouée, s'accroche… La sélection ultérieure n'en sera que plus difficile mais il est maintenant certain qu'une prise au moins va me convenir!

Au début de nos relations (!), le scénario se reproduisait à l'identique pendant le laps de temps que je consacrais au même site. Peu à peu je suis arrivé à mieux maîtriser, à construire, à concevoir, à dominer et non plus subir. J'arrive, imperceptiblement, délicatement, à orienter le "pinceau" pour n'appuyer qu'à coup sûr (presque!)… Oh! ça ne réussit pas à chaque fois mais le plaisir de composer soi-même une vue alors que le sujet est mobile, frémissant et capricieux, n'en est que plus intense!

Mon avenir (photographique)? Continuer mes découvertes dans ce cadre magique quelque peu irrationnel! Me perfectionner dans mes comportements et surtout, surtout, apporter toujours plus de sensations à ceux qui sont sensibles à ma proposition artistique.

Ajoutons peut-être une pensée moins futile que le plaisir des sens… Espérons, pour l'humanité, que nos cours d'eau ne se tariront pas malgré la folie de "certains" (et de nous tous!) et qu'ils continueront à relier le sommet de nos montagnes aux océans les plus profonds: ce sera le signe que notre planète est en train d'être sauvée à travers ce symbole de vie que représente l'Eau.

Bonne visite! Que ces modestes clichés vous procurent autant de plaisir que celui que j'ai eu à vous les présenter… 

 "...de passion et d'eau vive..." 

Eau de vie que je caresse,

Je te bois jusqu'à l'ivresse.

Je me noie entre tes vagues,

Bientôt mon âme en divague.

 

Mon âme amie éperdument,

Vague à l'âme tout simplement.

Folle passion je te donne,

Sous mes mains tu t'abandonnes.

 

Ressemblances? Très vaguement,

Car je te peins abstraitement.

Mais ces balades au fil de l'eau

Souvent me transportent au plus haut.

 

J'écris de vagues traits d'esprit,

Mais toi pour longtemps tu m'as pris.

Mon Eau, je t'appelle ma mie,

Auprès de toi je vis ma vie.

c.d.


Calme et agitation de l'eau se reflètent dans mon esprit... cd

J'ai longtemps cru qu'une vie intérieure intense me dispensait de communiquer au delà du strict convenable. J'ai découvert qu'il me restait encore beaucoup de place disponible pour écouter. Depuis, je fais preuve de plus d'humilité: ceux que j'ai entendus étaient souvent bien plus riches que moi. cd

Souvent un regard procure plus d'émotion qu'une longue conversation. cd

Une lumière brille au fond des yeux? Pour le savoir regardons-nous... cd

A 50 ans, on est sûr d'avoir fait la moitié du chemin. Coupe les moteurs, on s'entendra mieux! cd

 

Le plaisir, la fusion de deux corps,

L'amour, la rencontre de deux coeurs,

Le paradis, le contact de deux âmes.

cd

 
A l'attention de ceux qui me l'ont demandé... je suis de sexe masculin (!), j'ai une formation scientifique et plusieurs dizaines d'années d'ingénierie à mon actif... Ca n'aide peut-être pas trop pour la sensibilité artistique??? ...mais il existe des "conversions" tardives...!

 

 

 

 

 



(Bad) traduction below: (sorry for my English friends…)

"Until read in its thoughts…" was the title which I had chosen to illustrate this glass mask and, today, I invite you to read in mine through what follows but also by the interpretation which you will make of my works.
I was interested in the photo as a big part of the population nowadays when the technology gives easily access to the most complex.
I have no basic knowledge and "underwent" no formation. So, I shall not venture to speak about techniques that I do not master. I work to the instinct, in a empirical way, me there pass lot of time but as I become attached more to the artistic value than in the purely technical value, that is convenient for me … Finally, I mean that I content myself with it! Naturally, I would like to have the talent and the knowledge of such or such but I remain humble in front of these.
Except the traditional photos, I bent very fast over the "macro". Besides that she allows original results which would not appear "to the bare eye", it incites to make a break, to stop on its road, to observe instead of running: "do not pass close" of natural, spiritual or sentimental beauties if we have the luck to cross them …
I thus began with macro in forest or in fields: I pulled it moments of happiness and I always looked for to transform some nature into abstraction but with a preconceived idea every time. Not the abstract for itself but to write a message, a thought, a reflection to speak to me, to myself, and if possible for those who would indeed like to exchange with me. It seemed to me that the abstract got more feelings than the representational artist and at least incited to enter the work, to seize it, to comment on it and sometimes to monopolize it through the intimate and personal translation that we could make it. The artist translates it his own sensibility, the spectator puts his own feelings there.
This play of transmission of the artistic thought between the author and the spectator interests me because this last one, more sought, involves more in the initiative. It becomes an actor and puts itself too in scene through its imagination.
Furthermore, the abstract often drives to the dream, to the rambling of the spirit and call to the depthes of the being, intellectually or spiritually.
The wish of every artist, I hope for it, is to leave behind him but especially behind each of its works, an emotional reaction, a feeling of happiness, critic sometimes, but to leave something … I have often in memory Simone Veil's famous poem, " It will stay of you ". Without using the future or taking place in the context of a disappearance or an interruption, I like to think that there is at least a suspicion of emotion in a maximum of visitors who will have gone through my site or my portfolio, a reward in this offering that we make all for our public…

" It will stay of you what you gave.
Instead of keeping it in rusty safes … "
Simone Veil

I return to my perverse tendencies for the interpretation of the natural detail and to my strolls in forest. I fast realized that this type of macro was not rather sports! Too static and thus with predictable results, without chances! It is then that I thought of some lively and whimsical water, a material which would be rebel and would not leave me the total initiative of the final result. It would be necessary to count with Her!
A symbol appeared at once at my spirit: this water which I saw running and glittering under my eyes was the physical, alive translation, of a more intimate search on the universe, the place of the earth in this one, the man on this one (and in that one!); on the infinitesimal and the infinitely big; on the water molecule which I get and its meaning; on the circulation of the energy between the human beings whatever they are; on our relations with elements and material; on the "Whole" of which we are a part but which is also in us …

"The droplet knows maybe that it is in the Ocean
but does she also know that the Ocean is in it?"
Oriental Saying

And thus, I imagined myself that this element observed in brooks or torrents of my region could become the "vital lead" between the sky and the earth, the divine (or the cosmic according to each) and the human being, the impalpable and the concrete.
The reflections for what comes from the top, the transparency for what comes from the bottom, the quite shaken and transformed by the jokes of the current, by the thoughtful natural light or "refracted" without forgetting the collusive shade on which I try to play to bring to the foreground all the more my "objects" and create atmospheres.
The tool to seize the moment was naturally the bridge Olympus, light and handy, which I possessed (by waiting better). It would serve as "paintbrush" "to paint" the "paintings" which I staged with my spirit, according to my sensibility of moment and the humor of my partner!
Beyond what I am developing, it is obvious that the shape which I look for is above all aesthetic: a message would be illegible if it was presented in a unpleasant way. And thus, I attempt to propose harmonious pictures in the eye while conveying "something" for your pleasure and the respect which I owe you. The plan of my thought lives but I add it in the course of my experiments the sensualism necessary as artistic vector.
I would like to underline here how much are derisory and superficial the subtitles which I enjoyed placing in front of every photo. It is about a simple wink of eye, more or less happy, a feature of humor sometimes: the main part is not especially there, as far as each can find in these abstractions many other resemblances. Let us be very conscious that it is "about a first degree there".
Let us come to my territory of preference there: brooks, torrents! Naturally, each of them has its character, its "physical appearance", its flow and its lighting, its environment and its materials furthermore, it varies intrinsicly according to the seasons, the hour of day, etc. …
The procedure of contact is now established well! I arrive humbly, respectfully, on a site and I observe:

"A man looks at the brook.
The brook answers him. "

I approach this Water, I choose a first place where I test it, It (or Her!!) tests me! The beginning is always, really always, disastrous! It is worth nothing, I take myself there badly! "She" (or "it"!) makes deliberately oppose me, twist itself everywhere as I find a fault! Do not fail! That is going to come! Suspense maintained by the muddled movements of the one and the restlessness of the other one! And indeed, at the end of good about ten minutes, by means of caresses of the digital technology, the preliminary indispensable (!), the vibrations begin, the excitement rises as soon as the first sights of control are (almost) made a success, the liberation, the enjoyment is not far and will occur sooner or later, now I know it!
And it occurs, two, three, four "shot" made a success the "mystery" is drilled! When that works, we savor, we delight, we would not change any more the angle and the regulation so the osmosis remains, is tied up, hangs on … The later selection will be there only more difficult but it is now certain that a picture at least is going to be convenient for me!
At the beginning of our relations (!), the scenario reproduced in the identical during the lapse of time which I dedicated to the same torrent. Little by little I managed to master better, to build, to conceive, to dominate and either to undergo. I arrive, imperceptibly, delicately, to direct the "paintbrush" to support only certainly (almost!) … Oh! That does not manage every time but the pleasure to compose itself a sight while the subject is mobile, quivering and whimsical, is there only more intense!
My future (photograph)? Continue my discoveries in this a little irrational magic frame! To perfect me in my behavior by means of the "reflex" recently acquired. And especially, especially, bring always more sensations to those who are sensitive to my artistic proposition.
Let us add maybe a thought less pointless than the pleasure of the senses … Let us hope, for the humanity, that our streams will not dry up in spite of the madness of "some" (and of us all!) and that they will continue to connect the summit of our mountains in the deepest oceans: it will be the sign that our planet is being saved through this symbol of life which represents the Water.
Good visit! That these modest dumped get you so much pleasure as the one that I had to present them to you …

"Of passion and running water …

Live water which I caress,
I drink you until the drunkenness.
I drown myself between your waves,
Soon my soul raves there.

My friendly soul desperately,
Melancholy simply.
Crazy passion I give you,
Under my hands you give way.

Resemblances? Very vaguely,
Because I paint you abstractly.
But these strolls in the course of the water
Often transport me in the highest.

I write vague flashes of wit,
But you for a long time you took me.
My Water, I call you my crumb,
With you I saw my life.

C.D.

Peace and excitement of the water are reflected in my spirit
C.D.

I believed for a long time that an intense internal life distributed me of communicating beyond the strict suitable. I discovered that it stayed in me some more of available place to listen to. Since, I show more humility: those that I listened were often richer than me.
C.D.

Often a glance gets more emotion than a long conversation.
C.D.

A light shines at the bottom of eyes? For the knowledge we look.
C.D.

In 50 years, we are sure to have made half of the road. Cut engines, we shall hear better!
C.D.

The pleasure, the fusion of two bodies,
The love, the meeting of two hearts,
The paradise, the contact of two souls.
C.D.

For the attention of those who asked to me for it: I am male (!), I have a scientific formation and several tens of years of engineering in my active person... That does not maybe help too much for the artistic sensibility???

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (5)

1. Agnès GRILLO (site web) 20/03/2009

En effet ! Mindszenti et vous êtes très proches sur bien des points, vous n'avez cependant pas la même technique.
Tout mes encoragements, vous êtes dans le vrai !
Agnès Grillo

2. Alain LEDRU 25/05/2008

Vos photos m'entrainent dans un univers magique , poétique et futuriste , oû l'eau se transforme en métal ou en fumée ! J'adore ! Vous avez une certaine sensibilité que j'apprécie et du talent pour l'exprimer ! Bravo !!!

3. jessica 30/04/2008

J' ai été subjuguée par votre talent, vos photos sont de véritables œuvres et le faites que vous tombiez sur ces belles prises autant de fois prouve que vous avez trouver votre voie, suivez votre instinct, dieu vous a mis sur le bon chemin. Continuez alors à faire circuler ce don car vous êtes vraiment un artiste.

4. aiyana 20/03/2008

Votre texte traduit bien la vertu de l'eau, elle est profondeur insondable; elle ne lutte pas c'est pourquoi elle est irréprochable, rien ne peut lui résister ni la remplacer. Vous avez compris son message.

5. anais 10/01/2008

les poèmes sont sincèrement très beaux! j'apprécie! les peintres photographes sont aussi de surprenant poètes, ils écrivent avec leur plume comme ils peignent avec leur numérique! c'est à dire avec talent.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau